Petit Théâtre nomade, pour enfants à partir de 5 ans

Le 14 mai, à 15h, se déploieront les marionnettes du Petit Théâtre Nomade, pour les petits et les moins petits

 

Mesdames et messieurs, petits et grands, nous allons vous conter les histoires qu'on nous a contées jadis afin qu'à votre tour vous puissiez les conter...

 

Des histoires qui voyagent de bouches en bouches. D'oreilles en oreilles. De voiles en voiles. Et de clair de terre en clair de lune. Des histoires avec des géants impossibles à cacher sous le lit ou vite fait bien fait sous le tapis, des histoires où passent des poissons-lunes, des marins d'eau douce aux larmes salées comme la mer et des machines à laver les nuages. Petit Théâtre Nomade se raconte depuis la nuit dernière ou à venir (et non depuis la nuit des temps car Petit Théâtre Nomade est sans cesse tout neuf) avec des poupées aux attitudes tendrement grotesques, mises en scène dans des situations burlesques, tragiques, comiques ou fantasques... Les saltimbanques se racontent et content aux spectateurs, témoins de leurs joies, leurs peines, leur solitude, mais surtout de leurs pitreries et de leur humour optimiste et ravageur. Les deux comédiens Jurate Trimakaite et Jimmy Lemos naviguent à travers une large palette d'histoires combinatoires, jouées à la manière de la Commedia dell'arte.

 

PTN 2

 

Plus d'informations sur le site du Centre Culturel, Centre de Créations pour l'Enfance de Tinqueux

Jimmy Lemos, comédien, a commencé le théâtre à l'âge de neuf ans. Et n'a jamais cessé depuis. Après avoir participé à de multiples ateliers de théâtre, il rentre au conservatoire de Troyes, puis intègre quelques temps plus tard les classes de la Comédie de Reims. Exercé à plusieurs styles de théâtre, à la danse et au chant, il se lance dans la manipulation de marionnettes, formé par Angélique Friant et David Girondin Moab, et crée son premier spectacle, Verrue, avec la compagnie Pseudonymo. En 2014, il est repéré par Mateja Bizjak Petit qui le fait jouer dans le spectacle Tête à tête : son jeu à la fois souple et intense a permis de porter avec élégance le texte de Maria Rainer Rilke aux oreilles des enfants. Il tourne également plusieurs courts métrages et monte régulièrement sur les planches : Théâtre de l'Odéon, Mademoiselle Julie de Strinberg, Orphelins de Dennis Kelly, Eldorado de Marius Von Mayenburg ou Les petits mélancoliques de Fabrice Melquiot.

 

PTN 1

 

Jurate Trimakaite, comédienne, intègre en 2002 une école de dessin où elle suit une formation de quatre ans. Elle suit ensuite un stage d'un an à l'Académie d'Art de Vilnius (Lithuanie) où elle approfondit les techniques de dessin et de peinture à l'huile. En 2006, elle intègre la formation de comédienne à l'Académie de Théâtre de Vilnius. En 2010, elle obtient son diplôme de comédienne. Dès sa sortie, elle intègre la troupe permanente du Théâtre de marionnette de Vilnius et poursuit en parallèle un Master universitaire d'actrice de cinéma, qu'elle obtient en 2013. En 2011, elle entre alors à l'École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette, de Charleville Mézières dont elle sort diplômée en 2014 avec le solo La Mort, je n'y crois pas.

 

PTN 3

 

Mateja Bizjak Petit, metteure en scène, suit des études de dramaturgie à l'université de Ljubljana. Elle s'est spécialisée au Théâtre des Mains nues chez Alain Recoing à Paris et aux États-Unis en tant que metteur en scène au Centre des marionnettes d'Atlanta.
Elle écrit et traduit des poèmes en slovène et en français. Elle a également publié plusieurs recueils de poésie.

 

Gaëlle Allart, plasticienne, a suivi les cours de l'École Régionale Supérieure d'Expression Plastique de Tourcoing et de la Faculté des Arts d'Amiens dont elle est diplômée. Il s'agit d'une artiste libre, comme en témoignent ses personnages débordants de poésie et d'envie, jouant sur de subtiles superpositions de réalités où l'enfance n'est jamais très loin. Ses figures aux nombreuses disgrâces physiques – qui en font justement toute la grâce – sont tout à la fois du côté du rire, de l'étonnement, de la dérision et de l'humour. Une sorte de carnaval de la vie où chaque figurine met à nu sa solitude, ses pitreries, ses gaucheries.
Ce qui ne laisse de surprendre, c'est l'impeccable maîtrise technique de Gaëlle Allart dans l'exécution des ses œuvres uniques, véritable refuge de rêveries infinies.

 

Pierre Soletti, poète, n'est pas recyclable. C'est pour ça qu'il est sans cesse pressé de ne pas en finir. Il écrit, lit, publie, peint, dessine, bidouille des sons, fabrique des livres, s'expose sur les murs de lieux plus ou moins dédiés à l'art.
Auteur associé du Centre de Créations pour l'Enfance, il a écrit de nombreux livres de poésie ainsi que pour le spectacle vivant.
«D'une écriture empreinte de fausse naïveté, de mots simples mais créant des surprises langagières, des juxtapositions graphiques ou lexicales, Pierre Soletti développe une poésie sans cesse animée, revendiquant de maltraiter la langue, à l'image du «poète agité» comme il est souvent nommé.» Maison de la Poésie de Nantes

 

Photographies © Corentin Le Goff

 

Inscription à la mailing list

* indicates required


Video



Partenaires


Web by conceptio: Software house - Support by exedere: Posizionamento motori di ricerca