Les personnes-livres emplissent la ville de mots

Le projet Fahrenheit 451, créé par Antonio Rodriguez Menendez en Espagne, s'inspire du roman Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, adapté par Truffaut en un film homonyme.
Ce roman décrit une société dans laquelle les livres, jugés subversifs par le pouvoir central, sont bannis et jetés en proie aux flammes. Afin d'éviter l'anéantissement systématique de la culture, des groupes de personnes se forment afin d'apprendre les livres par cœur.

- Nous transmettrons les livres à nos fils, oralement, et laisserons à nos fils la tâche d'en faire autant avec leurs descendants
- Mais combien êtes-vous?
- Des milliers, sur les autoroutes, le long des voies ferrées abandonnées, vagabonds en apparence, bibliothèques à l'intérieur. Et quand ils nous demanderons ce que nous sommes en train de faire, tu pourras leur répondre : nous nous souvenons.
Extrait de Fahrenheit 451, Ray Bradbury

 

logo farenheit451

 

Le projet Personnes-Livres est une manière "simple" de donner une voix aux livres, la voix de lecteurs et de lectrices communs, qui apprennent par cœur des extraits, des chapitres, des phrases (pas d'œuvres complètes) de manière à pouvoir les emmener avec soi, pour les dire à voix haute, pour créer des liens avec l'autre à travers la redécouverte de l'oralité.
Nous ne sommes pas des acteurs, ni ne prétendons à le devenir, simplement des personnes qui croient en le livre, en la culture et en une mémoire affective qui fait fleurir les mots choisis et les transforme, d'écrits, en des mots donnés intimement.

 

farenheit1

 

Cette entreprise soutient une philosophie qui alimente dans l'économie du don, du temps dédié à, de la construction d'une relation sociale. Chaque mot choisi et ensuite dit passe à travers une voix « naturelle », une intimité ; une voix qui ne déclame pas, qui n'interprète pas, mais qui cherche humblement à construire une relation à soi, d'un mot à l'autre.

Nous racontons publiquement des mots qui expriment ce que nous sentons, des mots qui nous calment ou nous poussent à vivre. Et nous le faisons dans la rencontre avec l'autre, de manière à pouvoir être utiles au monde. Les lieux du dire sont nombreux et variés : écoles, places publiques, restaurants, librairies, bibliothèques, musées, pépinières et maisons privées... Chaque lieu est le bon tant qu'il s'agit de créer de l'écoute, et de porter la voix des livres.

Être une personne-livre est un pari culturel. La culture personnifiée.
Notre mouvement est citoyen, pour la cité, de manière que celle-ci puisse vivre plus librement.

 

farenheit2

 

Parti d'Espagne, le projet s'est diffusé en Italie sous le nom PersoneLibro Donnedicarta, et est désormais actif dans plusieurs régions.

Maintenant, nous sommes aussi vivants à Bruxelles, où vit Antonio Rodriguez Menendez, fondateur du projet, personne-livre et guide de nos rencontres. Grâce à lui, nous pouvons devenir des personnes-livre et, toujours plus efficacement, réussir à donner des mots aux autres.

Participer est simple, en ce sens que nous le faisons dans le cadre d'un groupe avec une propension à la rencontre, à l'écoute et au respect, afin que coexistent le privé et le public, les livres et les personnes.

 

farenheit 451

  

Plus d'informations sur la page facebook du mouvement bruxellois
et sur le blog de la section italienne

 

Derniers articles

Fête, Festival


Une fête, un festival
Un grand rassemblement annuel international qui met à l'honneur la poésie, la musique, la performance et d'autres arts...
à Bruxelles et ailleurs...

No poetry? No party!


Inscription à la mailing list

* indicates required


Video



Partenaires



© fiestival.


Web by conceptio: Software house - Support by exedere: Posizionamento motori di ricerca